20171121_181138[1]

 

— Carine-Laure, tu nous expliques, le samedi 03 février, que se passera-t-il et où et pourquoi et avec qui ?

— Oh la, une question à la fois…Tout d’abord parlons de la date et du lieu, c’est en général ce que les gens retiennent.

Ce sera le samedi 3 février 2018 à 19h30, au Centre Culturel de Eugies/Frameries, chemin de l’Etang, 2.

— Au moins, ça, c’est clair. Et quoi et avec qui ?

— Le Box Théâtre de Mons c’est une équipe de comédiens dirigée par Eric Sherkine et ce sont des artistes formidables, ils font vraiment un tas de choses, ils créent des pièces de théâtre, des ateliers d’écriture, des expos de costumes d’époque, etc. Bref, c’est une troupe hyperactive. Et parmi toutes ces activités, il y a des lectures de textes. Voici le site du Box Théâtre : http://box.theatre.over-blog.org/

— Jusqu’à présent, ça va, on comprend. Tu peux continuer.

— Chaque année, des textes de plusieurs auteurs sont choisis et lus lors de soirées. Et donc le samedi 03 février à 19h30 mon texte Le Transfert sera lu. Pour ce soir-là, une autre  auteur entendra  également la lecture de ses textes. Il s’agit d’Alessandra Riggio.

— Je vois que le nom des lecteurs de tous ces textes est déjà annoncé.

— Oui, bien sûr. J’ignore qui lira quoi mais je vois que Martine Courtois, Lisiane Duez, Roseline Liénard, Vincent Jadot liront ce soir-là.

— On sait où et quoi et avec qui, c’est parfait. Ah oui, Murmures des muses, c’est ?

— C’est le nom du cycle. Lorsqu’on lit Murmures des muses, on sait qu’il s’agit d’une soirée consacrée à la lecture de textes. Voilà !

— Bien ! Parlons de ce texte, Le Transfert. J’ai lu quelque part que ce texte était du genre absurdo-kafkaïen. Autant dire que c’est du chinois de Charleroi.

— On pourrait même dire que c’est de la science-fiction mais on ne compliquera pas les choses. L’histoire se passe dans une chambre d’hôpital. Il y a un patient, un toubib, une infirmière et un clown.

— C’est une histoire triste ?

— Le ton est ironique, ce n’est donc pas triste du tout. Et donc en ce qui concerne le pitch, le voici en quelques mots : Il y a trop de dossiers dans cet hôpital car ceux-ci se perdent dans la poubelle virtuelle. Et si les dossiers n’existent plus, pourquoi les patients dont le dossier n’existe plus existeraient-ils encore, eux ? Ils deviennent des non-patients.

— Et tu respires encore Carine-Laure après avoir écrit une telle histoire ?

— J’essaie. C’est difficile, je l’avoue.

— On te comprend ! Et donc pour résumer tout ça. Rendez-vous le samedi 3 février 2018 à 19h30 au Centre Culturel d’Eugies/Frameries, chemin de l’étang, 2, c’est bien ça ? Ah oui, on doit réserver ?

— Je pense qu’il n’est pas nécessaire de réserver, il y aura assez de place pour tout le monde ! On l’annonce encore une fois :

Samedi 3 février 2018 à 19h30

Centre Culturel

Chemin de l’Etang,2

Eugies/Frameries

Tel : 065664800

 

— Cette fois, on n’a rien oublié et pour ceux qui veulent en savoir plus au sujet de Carine-Laure Desguin, voici son press book (jamais remis à jour) :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

Et Carine-Laure, grande distraite, oublie de nous dire que le Box Théâtre de Mons a déjà lu un de ses textes théâtraux, il s’agissait de Rue Baraka, et c’était à Mons, en mai 2015.

 

— Je suis distraite, c’est vrai. Mais je vous raconte tout ça le mardi 23 janvier 2018, sur YouFM, dans une émission qui s’appelle Les mots niaques. Je suis interviewée dès 20h par Sylvie Mordang et là je vous dis tout tout tout, sans rien oublier (Podcast bientôt disponible)