20180119_184954[1]

20180119_185110[1]

 

Carine-Laure, Aura 95 vient de sortir. Avec un thème spécifique, comme d’habitude ?

Oui, on attend cette revue trimestrielle avec impatience. À chaque fois, il y a un thème différent. Cette fois il s’agissait d’écrire un thème en écho avec « Le désert ». Et comme chacun le sait, un désert, c’est vaste.

Ce sont des textes poétiques ?

Pas nécessairement. Le comité reste ouvert à tous les genres littéraires. Pour ma part et je le dis à chaque fois, c’est l’occasion de me frotter à des styles que je n’aborde pas habituellement, je m’essaie, je tâtonne. Cette revue est un petit laboratoire fabuleux. Il y a des textes théâtraux, de la poésie en prose ou en vers. Et c’est très beau, cette diversité.

Je lis le titre de ton texte : Transparente.

Oui, il s’agit d’un dialogue dans un commissariat de police. La plaignante se trouve face à un …désert.

Original.

Il faut tout essayer n’est-ce pas ?

Si tu le dis…Je vois que la revue comprend cinquante-quatre textes, il y a foule dans ce désert !

Et pas mal de noms connus. Christian Nerdal, Thierry Thirionet (à qui l’on doit aussi les très belles couvertures de la revue), Gisèle Hanneuse, Annie Préaux, Laurence Amaury, Martine Rouhart, etc.

Carine-Laure, Aura est une revue éditée par le Cercle Clair de Luth qui est hainuyer, c’est bien ça ? Mais dis-moi, tu es toujours à Mons, toi ?

Ah presque ! Et surtout de ces temps-ci puisque le mardi 23 janvier 2018, je serai en interview sur les ondes de YouFM dans Les mots niaques, une émission animée par Sylvie Mordang et le samedi 3 février 2018, il y aura au Centre culturel de Frameries, la lecture de mon texte théâtral Le Transfert. Toutes les infos sont ici :

http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2018/01/04/36017504.html

Et mardi 23, dans l’émission Les Mots niaques, Carine-laure vous dira tout tout tout…