DSC01825

DSC01824

DSC01823

 

— Carine-Laure, tu ne décroches donc jamais ?

— Quelqu’un a sonné ?

— Non, façon de parler, je veux dire que tu ne décroches jamais …de tes lectures et de tes écritures !

— Ah ça oui, c’est bien vrai.

— Je t’emmerde ?

— Non enfin heu…

— Il me semblait bien…C’est la dernière publication de Aura ?

— Oui.

— Ok, tu n’as pas envie d’en dire plus, tu es absorbée. Ok, je respecte ! 

Aura 93 est donc entre les mains de tous ses abonnés. Aura, c’est la revue trimestrielle du Cercle littéraire hainuyer Clair de Luth. Une trentaine d’auteurs ont participé en écrivant un texte répondant à ce thème, Ruine (s). Des noms ? Marie-Claire Georges, Laurence Amaury, Christian Nerdal, Alessandra Riggio, Marianne Bougard, Thérèse Larcin, Gisèle Hanneuse (la présidente de ce Cercle littéraire), Thierry Thirionnet, Martine Rouhart, Ninon de Marescourt, Edilma Quintana, …

— Et moi ?

— Oui, bien sûre, Carine-Laure Desguin. Et d’ailleurs, chère Carine-Laure, par quelle mouche as-tu été piquée pour écrire un tel texte ?

— Ben qu’est-ce qu’il a mon texte ? Ça cloche ? Le comité l’a accepté.

— Ah bon, il y a un comité de lecture ?

— Cette revue est une revue sérieuse ! Les auteurs ne peuvent écrire du n’importe quoi !

— Ok, t’emballe pas. Je reviens vers ton texte. Avec ce titre, Tout ça, ça devait arriver, on pouvait s’attendre à pas mal de choses, mais quand même…Quelle ruine !

— Tu parles du texte ?

— Non, je veux dire, fallait y penser, il y a même du suspense.

— L’auteur est là pour ça, sortir un peu des sentiers battus.

— C’est réussi !

— Merci. 

— Un extrait ?

— Ok, le voici :

Tout ça, ça devait arriver. Y’avait comme des effluves de thriller qui flottaient dans l’air de cette baraque-ci.

Trop lisse, il était trop lisse. Un corps sans égratignure. Pas une seule griffe, aucun ecchymose. Une cervelle sans couac. Pas de raté, pas une seule pète de toute sa scolarité, rien. Les traits rouges sur son bulletin, il avait jamais connu ça. Il était le garçon-super-héros-en-tout et moi, sa sœur cadette, le vilain-petit-monstre. Tout son contraire, à une vitesse exponentielle. Les yeux exorbités, les profs me demandaient dix fois de suite si j’étais bien la sœur de. Je devais suivre son exemple, celui d’un gosse qui déconne jamais, qui sait d’office que le carré de l’hypoténuse et blablabla, que tout corps plongé dans un liquide et blablabla.  Un gamin, ça remue, merde…..

— Ça démarre fort !

— Oh les autres textes valent aussi le détour !

— Pour acquérir cette revue, Carine-Laure ?

— Une seule adresse e-mail : clairdeluth@yahoo.fr

— Tu voulais dire quelque chose en plus ?

— Oui. Bravo à Thierry Thirionet pour l’illustration de la couverture, j’adore les collages de cet artiste.

— Tu travailles sur d’autres textes en ce moment, Carine-Laure ?

— Je voudrais enfin finaliser les corrections d’un roman policier La lune éclaboussée, meurtres à Maubeuge…

— Ça trainaille tout ça…

— Oui mais cette fois, je ne me laisserai plus tenter, je fonce.

— Bien ! Et si vous voulez en savoir plus au sujet de C.-L. Desguin, voici son press book :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html