20180823_110037[2]

 

 

 

20180823_110126[1]

 

— Carine-Laure, une nouvelle publication dans un collectif ?

— Oui, et encore aux Éditions Jacques Flament.

— Résonances 2. Il y a eu Résonances 1 ?

— Quelle question pertinente…

— Je voulais dire, je ne me souviens plus de ce Résonances 1.

— Ah eh bien le voici. Pour rappel…Il suffit de suivre ce lien :

http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2017/06/12/35379328.html

— Ok, mais oui ! Et pour ce Résonances 2, tu as écrit un texte en prose poétique également ?

— Pas du tout. Jacques Flament a sélectionné une vingtaine de photos de Dorothea Lange, la célèbre photojournaliste américaine qui a, comme nul (le) autre immortalisé la pauvreté, la détresse, l’exode de la population américaine lors de la Grande Dépression, pour reprendre mot à mot la présentation de l’éditeur.

— Tu as choisi plusieurs photos ?

— Non, un seul texte pour une seule photo. J’ai choisi la photo 14. En voyant toute la détresse du monde dans les yeux de ces migrants-là, les phrases se sont écrites presque toutes seules. C’est un texte en prose. J’ai d’ailleurs hâte de recevoir mes exemplaires. Et lire les textes des autres auteurs, Eric Allard, Lorenzo Cecchi, Gaëtan Faucer, Edmée de Xhavée, Martine Rouhart, etc.

— Jacques Flament est très content de cette édition, un tout bon crû !

— Oui et voici ce que Jacques Flament dit de Résonances 2 :
"Sans doute le plus bel ouvrage collectif qu'il m'ait été donné de publier, la qualité et la beauté de la centaine de textes des 58 auteurs différents ayant, pour l'occasion, trouvé un écho réel dans la puissance évocatrice des photographies de Dorothea Lange".

Et pour commander ce petit bijou, c’est ici :

http://www.jacquesflamenteditions.com/348-resonances-2/

— Carine-Laure, l’été se termine. Des projets pour la rentrée ?

— Bien sûr !

— Tu nous en dis un peu plus ?

— Je prépare pas mal de choses. Pour le moment j’écris un texte pour le numéro 98 de la revue Aura.

— Oui mais ça, c’est connu. Chaque trimestre, un de tes textes est publié dans cette revue. Tu n’as pas autre chose à annoncer ?

— L’édition d’une pièce de théâtre ?

— Par exemple…

— Oh c’est du boulot. La maquette se construit peu à peu. Je suppose que d’ici quelques mois, ce sera ok. J’ai encore quelque chose à annoncer. J’attends.

— Cachotière !

— Simplement discrète et peut-être même superstitieuse.

— On respecte tout ça alors. Ta prochaine date de dédicace ?

— Ce sera à Mons, le samedi 24 novembre. Mais d’ici là, il se passera tellement de choses !

— Ok, elle ne crachera plus rien ce soir. Voici son press book, pas encore remis à jour …

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html