20170928_163112[1]

20170928_163059[1]

20170928_162328[1]

20170928_162206[1]

20170928_162504[1]

 

— Bonjour Carine-Laure, appuyée contre le bar, comme ça, ça assure ! Quelle contenance !

— Chuuut!

— Comment, c’est un secret ?

— Pas vraiment, non, tout le monde sait que je viens souvent écrire ici, à la Maison des 8 heures.

— Ton quartier général alors ?

— Oui, c'est bien ça.

— Pas mal ce petit livre, facile à glisser dans sa poche, et pas cher…

— Une petite merveille, je ne décroche pas depuis que j’ai reçu mon exemplaire.

— Tu nous en dis un peu plus ?

— Un appel à textes aux éditions Jacques Flament et hop, deux textes dans cet opuscule, « L’instant fugace 1 ». Et deux textes tout à côté d’une quantité textes, plus d’une centaine, je crois.

— Des textes d’auteurs que tu connais ?

— Oui, il y a pas mal d’auteurs que je croise en Salons ou virtuellement car tu sais qu’à présent, nous avons tous une vie virtuelle.

— Oui, tu cites quelques noms ou je dois encore me fâcher pour que tu en dises plus à tes lecteurs ?

— Comme ça, de mémoire (d’âne), je pense à Eric Allard, Thierry Radière, Jean-Baptiste Seigneuric, Lorenzo Cecchi, etc.

— Ben, tu ne citerais pas des noms d’auteures pour équilibrer… ?

— Ah oui, mille excuses. Dans ce livre, on peut lire aussi Martine Rouhart, Ziska Larouge, etc.

— Tous ces textes sont poétiques ?

— Oui, Jacques Flament demandait une prose poétique et aussi une contrainte au sujet de la longueur, je ne me souviens plus trop bien.

— Ok, à part ça, Carine-Laure ? Tu reviens de Liège, d’une soirée littéraire au Blues-Sphere Bar ? Avec Edmée de Xhavée et Bob Boutique ?

— Ben tu racontes tout ! Pour plus d’infos, c’est ici :

http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2017/09/20/35693795.html

— Et on passera les détails à propos de tes oreilles de Mickey ?

— Oui, passons à autre chose, merci !

— Des projets ?

— La préparation du Sixième Salon du Livre de Charleroi et les corrections d’un roman qui sortira en 2018, « La lune éclaboussée, meurtres à Maubeuge ».

— Pas triste, la vie d’artiste…

— En effet. Ah oui, j’oubliais. Ma pièce « Le Transfert » sera lue par le Box Théâtre en 2018. Une pièce du genre absurdo-kafkaïen.

— Merci Carine-Laure, ça promet. Absurdo-kafkaïen, c'est même pas au dictionnaire, ce truc. A part ça, ton press book est mis à jour ?

— Pas encore mais voici le lien :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

— N’oublie pas de rajouter ce recueil, « L’instant fugace 1 ». Tu ne crois pas perdre ton temps en écrivant sans cesse ces poésies ?

— Si tu poses encore de telles questions, je te prends par la peau du dos et je te fous dehors.

— La Poésie ne se vend pas ou si peu ! Non ?

— On ne connaît en effet pas de best-seller en Poésie. Pour ma part, je ne sais m’empêcher d’écrire des textes poétiques. Alors, je continue.

— Je lis ici tes deux textes en prose poétique édités dans cet opus. Waouwh, pas mal.

— Je ne réponds pas. Voici le lien vers ce livre :

http://www.jacquesflamenteditions.com/307-linstant-fugace/

— Et l’on peut te lire aussi dans cet autre recueil, « Résonances », également édité chez JFE :

http://www.jacquesflamenteditions.com/301-resonances/

— Oui…